homéopathie : qu’est-ce que c’est ?

L’homéopathie, nous en avons tous entendu parler, mais peu d’entre nous seraient capables d’en donner une définition claire. Pourtant, la popularité de cette approche est indéniable. C’est une méthode thérapeutique à la fois scientifique et humaine, qui s’ouvre tout autant sur le progrès dans les sciences médicales que sur l’écoute de la personne malade, et qui surtout, met l’emphase sur la prévention. Cette méthode est pratiquée partout dans le monde depuis plus de deux cents ans, tant par des médecins, des dentistes et des vétérinaires, que par des naturopathes, des chiropraticiens et plusieurs autres professionnels de la santé. Il existe à ce jour plus de trois mille variétés de remèdes homéopathiques qui sont utilisés par des millions de consommateurs.

La méthode homéopathique, à l’instar de plusieurs autres méthodes non conventionnelles, met l’emphase sur la puissante propriété du corps humain de générer son propre processus naturel de guérison. Alors que le champ de compétence de la médecine traditionnelle se penche davantage sur les symptômes des maladies et leurs traitements, celui de l’homéopathie se situe davantage à trouver les moyens de stimuler ce processus naturel de guérison du corps. Ainsi, les substances en vente libre ou prescrites pour des traitements symptomatiques sont destinées à traiter le symptôme avant tout, sans prendre en compte, ou à tout le moins très peu, la personne. Alors que les remèdes homéopathiques sont destinés à traiter la personne en premier lieu, dans son ensemble, reléguant au second plan le symptôme spécifique, qui se retrouve de toute façon englobé par le traitement holistique de la personne.

Cette méthode repose sur trois fondements essentiels :

  • La loi de similitude (Similia similibus curentur ; «que le semblable soit soigné par le semblable»). Ce principe stipule qu’une substance qui provoque un groupe de symptômes chez une personne en santé puisse guérir une personne malade chez qui se manifeste le même groupe de symptômes. En d’autres mots, un patient devrait être traité au moyen d’une substance produisant expérimentalement chez une personne saine les mêmes symptômes qu’a manifestée la personne affectée.
  • L’individualisation. Un trait qui distingue l’homéopathie est l’analyse minutieuse des symptômes de la personne et non uniquement ceux liés à la maladie. Chaque traitement thérapeutique est ainsi personnalisé à chaque patient. Ce principe est la pierre angulaire de la méthode homéopathique. C’est ce qui explique la longueur du dialogue entre l’homéopathe et le patient. L’homéopathe doit cibler dans sa recherche le médicament spécifique à son malade dans cette maladie. Ainsi, chaque personne va faire sa grippe, son angine, son eczéma, c’est donc dire qu’elle va développer des symptômes qui lui sont propres et ce sont ces symptômes particuliers (et non l’ensemble des symptômes typiquement reconnus) que l’homéopathe doit tenir compte dans le choix de son traitement homéopathique.
  • L’infinitésimal. Conformément au principe de similitude précédemment énoncé, l’homéopathie utilise les effets thérapeutiques des substances en atténuant significativement leur toxicité par l’emploi de très petites doses jusqu’à un niveau dit «infinitésimal».

L’homéopathie est loin d’être une médecine marginale. Son efficacité à traiter des troubles de santé a été maintes fois validée. D’ailleurs, des pays comme l’Allemagne, la France, l’Angleterre, l’Inde, le Pakistan, le Sri Lanka et le Mexique, ont intégré l’homéopathie à leur système de santé publique. En France, l’homéopathie est même officiellement reconnue par l’Ordre des médecins et est de surcroit enseignée à l’université.

Les traitements homéopathiques conviennent à tous et peuvent se révéler bénéfiques pour tout problème de santé. Le traitement peut ralentir notablement la progression de la maladie, en atténuer les symptômes, ou en amortir la virulence. De plus, de par son approche holistique, la technique homéopathique vient renforcer les mécanismes de défense de l’organisme qui est à même de mieux se défendre. Voilà pourquoi l’homéopathie sert aussi bien à traiter les maux aigus que les maladies chroniques.

Voici une liste non exhaustive d’études au sein desquelles des résultats probants ont été constatés avec un traitement homéopathique :

  • Contribuer au rétablissement postopératoire des fonctions de l’intestin
  • Réduire les effets secondaires des traitements du cancer
  • Soulager les enfants souffrant de diarrhée
  • Soulager les symptômes de l’arthrose
  • Contribuer au soulagement des symptômes de la fibromyalgie
  • Contribuer au traitement de la grippe (influenza)
  • Contribuer au traitement et à la prévention des infections des voies respiratoires supérieures et des oreilles (otite, sinusite, pharyngite, amygdalite)
  • Réduire les symptômes de rhinite allergique (rhume des foins)
  • Contribuer au traitement de l’asthme chronique
  • Soulager les douleurs à la suite d’une chirurgie
  • Prévenir les céphalées et les migraines
  • Réduire l’anxiété
  • Aider les enfants atteints du trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité
  • Diminuer l’insomnie

Votre première visite chez un homéopathe ne différera en rien de vos visites traditionnelles chez votre médecin traitant ou tout autre professionnel de la santé. La séance proprement dite durera environ une à deux heures. La seule différence notable sera le questionnaire posé par le thérapeute qui pourra vous apparaître plus long. Celui-ci voudra connaître le moindre détail sur vos symptômes, sur la manière dont ils se manifestent, sur ce qui les soulage, sur ce qui les déclenche, les aggrave, sur leur durée, leur récurrence, etc. Cela permettra à l’homéopathe de définir ce qu’on appelle la constitution du patient et de ses symptômes afin de cibler le ou les remèdes homéopathiques qui correspondent le plus fidèlement à sa situation. Ces médicaments spécifiquement conçu pour ce patient particulier et personne d’autre seront prescrit pour une durée de deux à six semaines.

Contrairement à la médication pharmacologique traditionnelle, les médicaments homéopathiques sont extrêmement dilués, donc dépourvus de substance active dans les remèdes. C’est ce qui explique qu’ils n’occasionnent généralement pratiquement aucun effet secondaire. Bien entendu, comme pour tout médicament, les personnes aux prises avec des intolérances ou des allergies plus graves (par exemple : lactose, saccharose, alcool) doivent prendre les précautions de mise.

Autre point très important : le recours à l’homéopathie ne remplace en rien un diagnostic et un traitement médical classique et ne doit occasionner aucun retard à recevoir lesdits soins. La méthode homéopathique se veut un complément humain à la médecine traditionnelle au profit de la personne, donc de vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *